16 OCTOBER 2018

L'histoire de l'anse à la Cave

L'histoire de l'anse à la Cave
Vous connaissez Mer et monde écotours pour l’observation des mammifères marins, pour ses emplacements de camping ou encore pour ses sorties en kayak de mer. Mais connaissez-vous l’histoire des lieux ?

Mer et monde écotours est située sur le site de l’anse à la Cave, aux Bergeronnes sur la Côte-Nord, un site archéologique unique au Québec. En effet, le lieu fut occupé par les pêcheurs basques à deux reprises. Tout d’abord à la fin du XVIème siècle, puis au XVIIIème siècle. Des vestiges de ces deux occupations furent retrouvés et permirent de comprendre le mode de vie de ces chasseurs de baleines. Et avant même l’arrivée des européens, les Amérindiens s’y rendaient fréquemment et chassaient le phoque.

Qui sont les Basques ?
 
Au cours du XVIème, les pêcheurs de France se sont lancés à la découverte du Nouveau monde dans l’espoir de faire fortune, attirés par la promesse de morues et de baleines abondantes. Ces saisonniers provenaient de toutes les régions atlantiques de France et du nord de l’Espagne, notamment du Pays basque et partaient pendant plusieurs mois, jusqu’à l’automne, avec comme objectif de revenir les cales pleines de ressources. Les Basques furent parmi les premiers à découvrir ce territoire de pêche et ceux dès la découverte du Nouveau monde.

Leur méthode de pêche

Ils chassent les baleines à bord de petites embarcations, appelées chaloupes. Une fois le mammifère tué, ils le tirent jusqu’au rivage, utilisant la marée haute de l’anse pour l’amener jusqu’au four. Une fois la marée basse, ils dépècent la baleine pour en extraire la graisse. Celle-ci est alors fondue sur les fours dans des chaudrons de cuivre, et une fois froide, elle est transférée dans des tonneaux.
Cette huile était à l’époque très utilisée et très prisée en Europe. Elle servait à l’éclairage des lieux publics, à faire des savons, adoucir le cuir… Les fanons des baleines sont également en demande pour créer des éventails, des couteaux, des corsets et bustiers.
 
Chasse baleine 3 
Représentation de la chasse à la baleine en chaloupe.
(Source : Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité général des pesches et histoire des poissons, Paris, 1777.)

 

Le site de l’anse à la Cave

Grande d’un hectare, l’anse à la Cave est délimitée par une ligne naturelle qui correspond à l’eau du fleuve. Le site archéologique des Basques couvre 300 mètres de bordure rocheuse à l’intérieur de l’anse. Le lieu est idéal pour la chasse à la baleine. Les mammifères marins y sont nombreux, ils passent tout proche du rivage et donc de l’anse grâce à une fosse marine et à une abondance de nourriture.
 
Carte anse à la Cave
Localisation du site de l'anse à la Cave
 
L’anse et plus particulièrement la pointe, était tout d’abord fréquenté par les Amérindiens, qui s’y rendirent entre le XII et le XVème siècle, pour chasser le phoque. Ce furent ensuite les Basques qui fréquentèrent la région à la fin du XVIème siècle. En effet, à cette période, les européens occupaient le détroit de Belle-Isle, qui se trouve entre Terre-Neuve et le Labrador. Ils y pêchent intensivement la morue pour la saler et la sécher et transforment la graisse de baleines en huile pour répondre à la demande européenne. Mais, les ressources commencèrent à y manquer et les navires basques prirent la direction du golfe du Saint-Laurent et de l’embouchure du Saguenay.
C’est ainsi que certains s’installèrent dans l’anse à la Cave. Ils y restèrent entre 1580 et 1630 pour chasser principalement la baleine. Ils construisent sur la pointe un four en pierre à deux foyers,  de forme ovale recouvert d’un toit fait de tuiles en terre cuite, afin d’y faire fondre la graisse pour la transformer en huile. Tout proche, un bâtiment, également recouvert d’un toit en tuiles servait d’atelier de travail en outre pour assembler les tonneaux d’huile, et aussi de lieu de vie.
 
Pour compléter leurs revenus et s’assurer de revenir en Europe les cales pleines, les Basques pêchent aussi la morue, le phoque et le saumons. La traite des fourrures, qui commencent à être alors de plus en plus convoitée, notamment à Tadoussac, haut lieu du commerce des peaux dans le Nouveau monde, est aussi pratiquée par les pêcheurs à travers des réseaux de commerces avec les autochtones.
 
“Pour en savoir plus sur l’histoire de la traite des fourrures en Nouvelle-France, visitez le Poste de Traite Chauvin à Tadoussac
 
Après environ 50 ans d’exploitation du territoire, les Basques sont contraints d'abandonner les lieux à cause de la mise en place de monopoles pour la pêche à la baleine au profit d’autres pêcheurs européens.
 
 
Les frères Darragory
 
Près d’un siècle après la première occupation, les Basques sont de retour dans le Saint-Laurent.
La France souhaitent relancer l’industrie de pêche à la baleine, et envoie trois frères originaires de Saint-Jean-de-Luz dans le Saint-Laurent : les frères Darragory. Les autorités françaises leur octroie même une exclusivité de pêche.
 
Ils se rendent à l’embouchure du Saguenay et s’installent en 1730 à l’ancien poste basques de l’anse à la Cave. Ils y construisent un deuxième four, plus grand cette fois-ci puisqu’il dispose de trois foyers. Les expéditions devenant de moins en moins rentables, celles-ci s'arrêtèrent en 1737.
 
Pour autant, l’anse à la Cave et ses fours sont toujours utilisés par des chasseurs et des pêcheurs.

 

Fouilles archéologiques

Au cours de diverses fouilles archéologiques ayant été effectuées à partir de 1962, des vestiges furent retrouvés datant de ces deux périodes d’occupation basques.

Première occupation, sur la pointe rocheuse :
Une construction en pierre ovale à deux foyers fut découvert et considéré comme étant un four. Des restes de bois provenant semblablement d’une plate-forme, de tuiles, ainsi que des éléments provenant d’un bâtiment, furent aussi retrouvés. Tous datant de la fn du XVIème siècle. Ce bâtiment est le seul bâtiment basque à avoir été découvert dans l’estuaire du Saint-Laurent à ce jour.

Deuxième occupation, à l’intérieur de l’anse :  
Un four de pierre avec trois foyers et de forme allongée ont été découvert et datant d’environ 1730.
 
 
39388991 209403569925256 1471436790379315200 n
Site archéologique des Basques-de-l'Anse-à-la-Cave. Reconstitution 3D. Vue vers le sud-ouest. 
@Catherine Caron 2011

 
Ces fouilles ont permis de découvrir un total de 31 artéfacts :  couteaux, tessons de jarres, marmites, clous, tuiles... et permettent de documenter le mode de vie des Basques : construction de tonneaux, protection de leurs installations contre les intempéries…
 
Le site archéologique des Basques-de-l’Anse-à-la-Cave, ainsi que les 31 artefacts, furent classés le 10 juillet 2008 par la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition Féminine.


Sentier Pipounapi

Cette période d'exploitation du Saint-laurent par les pêcheurs Basques est encore assez méconnue. Celle-ci est pourtant richer et témoigne de la beauté des ressources du fleuve : présence des mammifères marins, et d'une faune terrestre et aquatique diversifié.
 
Lors de votre prochain séjour à Mer et monde écotours, entre deux belles observations, venez découvrir ce pan de l’histoire importante du Saint-Laurent.
L’équipe a ouvert un petit sentier pédestre aménagé du nom de “Sentier Pipounapi”. Celui-ci débute sur le stationnement des emplacements 1 à 8 et fait le tour de l’anse pour se rendre sur les roches au bord de l’eau.
 
Sentier Pipounapi
Sentier Pipounapi
 
Le sentier permet d’avoir un beau point de vue sur le site où les Basques s’étaient installé, il y a de ça plus de 400 ans.
 
SentierPipounapi 1-min SentierPipounapi 2-min SentierPipounapi 3-minSentierPipounapi 4-min
 
Pourquoi Pipounapi ? C’est le nom Innu de l’anse à la Cave. Sa signification est cependant toujours inconnue.  

Bonne découverte !
 

Estelle Thomas

 

Sources :

MIMEAULT, Mario. Destin de pêcheurs. Les Basques en Nouvelle-France. Québec, Septentrion, 2011.

Site archéologique des Basques-de-l'Anse-à-la-Cave [en ligne]. Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2013, [consulté le 14 août 2018]. Disponible sur : http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=98954&type=bien#.W3LZ4uhKiM-

All the news

Contact Us

  • Phone : 418 232-6779
    Toll Free : 1 866 637-6663
    Fax : 1 855 271-7800

    info@meretmonde.ca

  • Mer et monde
    Anse à la cave
    Camping et Kayak de mer

    20, chemin Jalbert (via la route 138)
    Les Bergeronnes, Québec G0T 1G0

  • Mer et monde
    Tadoussac
    Kayak de mer seulement

    148, rue du Bord de l'Eau
    Tadoussac, Québec G0T 2A0


Follow Us



All rights reserved - Mer et Monde Écotours 2010-2018 Site by Absolu